“La force de l’expérience”

Un projet pour redonner envie de se dépasser

Je veux courir le prochain Vendée Globe à plus de 65 ans pour montrer aux jeunes comme aux seniors qu’il est possible, quel que soit son âge, de réaliser ses rêves les plus extraordinaires.

La voile est d’ailleurs un des seuls sports où cela est possible.

L’âge en effet est souvent un avantage car il apporte l’expérience et cela peut contre balancer un physique un peu usé. Cette aventure apporte aussi un éclairage nouveau sur la diversité et montre que dans notre société les seniors ont non seulement leur place mais aussi leurs avantages.


Eric Loizeau, entre mer et montagne

Je suis un personnage un peu à part, le seul peut être à avoir franchi le Cap Horn en course et gravi l’Everest, la plus haute montagne du monde.

Après vingt années passées à courir les océans en équipage ou en solitaire, j’ai mis la mer provisoirement de côté pour me consacrer à la montagne et l’alpinisme. Mais je suis d’origine finistérienne et l’eau salée fait partie de mes gènes. Ainsi, depuis mon retour de l’Everest en 2003, j’ai repris petit à petit la navigation sur des bateaux de course en compagnie de mes amis marins, Cammas, Gabart ou Le Blevec, avec pour objectif de participer à cette immense course que je n’ai jamais eu l’occasion de faire et qui ne cesse de me faire rêver.

En course dans l’Océan Indien à bord de Gauloises 2 en 1977 avec 2 victoires d’étape dans la Course autour du monde en équipage.
Eric
Au départ de la Route du Rhum 1982 à bord du trimaran Gauloises 4, quatrième place au scratch et victoire en classes 2, 3 et 4.
Eric
Au retour de l’ascension victorieuse de l’Everest en 2003.
Eric
En montagne avec le pilote-skieur-marin Luc Alphand.
Eric
Au repos en Norvège après une journée d’exploration en ski de randonnée.
Eric
Voyage dans le désert saharien , un autre de mes espaces de prédilection.
Eric

Le Vendée Globe

Je n’ai jamais réalisé un tour du monde en solitaire. Au début des années 90, j’avais tenté un projet de record de ce type avec mon dernier grand trimaran, mais cela n’avait pas abouti faute de financement. J’aurais pu participer aussi à la première édition du Vendée Globe en 1989, mais à cette époque je n’éprouvais guère l’envie de revenir naviguer sur des monocoques après 10 années de vitesse en multicoques. Et puis d’année en année, les monocoques sont devenus de plus en plus performants jusqu’aux derniers Imoca, les 60 pieds du Vendée Globe, qui sont vraiment des machines extraordinaires sur les quels je rêve maintenant de naviguer.

En Novembre 2016 partira des Sables d’Olonne la huitième édition de cette course planétaire qui a donc lieu tous les quatre ans. Le dernier vainqueur est le jeune François Gabart sur son bateau Macif qui a marqué les esprits non seulement en remportant la course pour sa première participation mais aussi en battant le record détenu par Michel Desjoyeaux. J’espère bien que François m’aidera dans mon projet. Pour une fois, ce sera un « jeune » qui parrainera « un vieux » et c’est un bon signe pour la diversité que j’essaie de promouvoir à travers cette nouvelle aventure. Concernant ma course, il ne faut pas rêver : je ne vais pas jouer la victoire face à la nouvelle génération de coureurs et contre les tous derniers Imoca, par contre, je veux être « dans le match » car je suis avant tout un compétiteur et peut être profiter des aléas de la course pour grimper sur le podium.


C’est pour cela qu’il faut que je puisse acquérir relativement rapidement, c’est à dire avant le milieu de l’année 2015 un bateau compétitif afin de disposer d’une année entière pour m’entraîner avec si possible en avant goût une Transat en Double Jacques Vabre, ce qui serait l’idéal.

Les parrains

VOUS AVEZ UN PROJET ?

Vous avez plus de 60 ans et souhaitez aller au bout d'un projet qui vous tient à coeur ? Inscrivez-vous sur 60 project et partagez votre idée avec Eric et toute son équipe !

Derniers tweets

 

Actualités Vendée Globe